Aujourd'hui : Mercredi, 13 décembre 2017
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Le Collectif VAN, partenaire du Festival de Douarnenez 2016
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
L'Azerbaïdjan élimine un patrimoine culturel datant de 12 siècles
Publié le : 03-03-2006

Impunité totale.

Depuis décembre 2005, les autorités d'Azerbaïdjan s'acharnent à nouveau sur le site historique arménien de Djoulfa situé au Nakhitchevan.

Cette nécropole exceptionnelle appartient au patrimoine de l'Humanité :

12.000 Khatchkars (croix de pierre), sculptés et ciselés, ont été érigés sur la rive nord du fleuve Araxe entre le IXème et le XVIIème siècle. Mais il aura suffi de quelques années pour que l'Etat azéri ait raison de ce trésor archéologique. Au cours de trois campagnes de destruction (1998, 2002, 2005), il a systématiquement profané les tombes arméniennes et pratiquement effacé toute trace de la présence millénaire des Arméniens dans cette région. Sans que le monde bouge.

Malgré leur inestimable valeur, ces «Khatchkars» tous différents et spécifiques de l'art religieux arménien, n'ont jamais été inscrits au patrimoine mondial de l'Unesco. Aujourd'hui, il ne reste plus que quelques vestiges de la culture arménienne dans cette enclave d'Azerbaïdjan. Mais pour combien de temps encore ?

Les destructions programmées de Djoulfa sont le prolongement de la politique d'épuration ethnique anti-arménienne que l'Azerbaïdjan mène depuis des décennies dans la région du Nakhitchevan. Cette province, historiquement arménienne, a été donnée arbitrairement en 1920 par Staline à l'Azerbaïdjan*, et ce malgré l'absence de continuité territoriale.

A l'époque, cette enclave comptait 80% d'Arméniens. Aujourd'hui, il n'en reste plus aucun : ils ont été systématiquement chassés de leurs territoires ancestraux au cours des cinquante dernières années. L'Azerbaïdjan, par ces agissements inqualifiables, se place au ban des nations et viole toutes les conventions du Conseil de l'Europe*, de l'ONU et de l'Unesco dont il est membre.
Les Arméniens étant personae non gratae au Nakhitchevan, il est urgent de dépêcher sur place des missions officielles de reconnaissance et d'évaluation des vestiges détruits ainsi que des monuments à préserver.

La situation catastrophique de la nécropole de Djoulfa a été dénoncée dans le rapport 2002/2003 - «Patrimoine en danger» - de l'ICOMOS (agence spécialisée de l'UNESCO).

Ce rapport constatait le caractère irréversible des dégâts occasionnés et mention-nait la nécessité d'une action de protection des autres sites arméniens de la région...

En août 2003, le rapporteur spécial de la Commission des Droits de l'Homme de l'ONU mentionnait le cas de Djoulfa dans son rapport sur la liberté de croyance et de religion. Interpellées, les autorités azerbaïdjanaises n'ont jamais daigné lui répondre.
L'indignation mesurée de la communauté internationale a visiblement fait office de blanc-seing délivré au gouvernement de Bakou qui s'apprête à parachever en toute impunité le génocide blanc entamé en 1998.




En réponse à la PETITION du Collectif VAN

du 26 décembre 2005 19:15:00

Joyeux Noël
et Bon Vandalisme

Azerbaïdjan Taliban :
Non à la profanation du cimetière historique arménien de Djougha !


André SANTINI écrit au Collectif VAN

Date: Thu, 5 Jan 2006 19:45:15 +0100
De: André Santini
À: contact@collectifvan.org

Objet: Re: pétition


Madame la Présidente,

J'ai pris connaissance avec attention de votre message et vous remercie de m'avoir alerté sur la destruction du cimetière historique arménien de Djoulfa (Azerbaïdjian).

Je suis intervenu auprès de Monsieur Philippe DOUSTE-BLAZY, Ministre des Affaires étrangères et de Monsieur Koïchiro Matsuura, Directeur Général de l'UNESCO.

Je ne manquerai pas de vous faire part des résultats de ma démarche.

Vous assurant de mon fidèle soutien, je vous prie d'agréer, Madame la Présidente, l'expression de ma parfaite considération.




André SANTINI
Ancien ministre
Maire d'Issy les Moulineaux
Député des Hauts de Seine



TÉLÉCHARGER :
 La plaquette du CCAF conçue et réalisée par le Collectif VAN




   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org