Aujourd'hui : Lundi, 23 octobre 2017
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Site officiel du Centenaire du génocide arménien de 1915
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Le Collectif VAN, partenaire du Festival de Douarnenez 2016
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Collectif VAN : l'éphéméride du 19 avril
Publié le : 19-04-2017

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - La rubrique Ephéméride est à retrouver quotidiennement sur le site du Collectif VAN. Elle recense la liste d’événements survenus à une date donnée, à différentes époques de l’Histoire, sur les thématiques que l’association suit au quotidien. L’éphéméride du Collectif VAN repose sur des informations en ligne sur de nombreux sites (les sources sont spécifiées sous chaque entrée). Vous pouvez retrouver tous les éphémérides du Collectif VAN dans la Rubrique Actions VAN, en cliquant sur ces liens:


Les éphémérides du Collectif VAN (1ère partie)

Les éphémérides du Collectif VAN (2ème partie)



Légende photo : 19 avril 1943 -- Pologne : la police et les forces auxiliaires SS entrent dans le ghetto de Varsovie. Le plan prévoit une prise intégrale du ghetto en 3 jours qui échoue. Le 19 avril 1943, les derniers Juifs du ghetto de Varsovie se soulèvent contre leurs oppresseurs. Sans espoir de survie, encore moins de victoire, ils vont tenir tête héroïquement aux soldats et SS allemands pendant un mois. C'est le premier soulèvement d'une ville dans l'Europe nazie et une manifestation éclatante de la capacité de résistance des juifs. Le 19 avril est décrété jour de commémoration de la Shoah, en mémoire de l’insurrection du ghetto de Varsovie en 1943.


Ça s’est passé un 19 avril (les événements sont classés du plus ancien au plus récent) :

19 avril 1283 -- Un enfant chrétien est trouvé mort près de Mayence, sur le Rhin (Allemagne) pendant les fêtes de Pâques. Un parent appelle la foule à se rassembler, accusant les juifs d'avoir tué l'enfant. La foule marche sur Mayence, où elle attaque et pille les maisons juives. 10 juifs sont tués.
Skynet : 19 avril, ce jour-là, n’oubliez pas

19 avril 1343 -- La communauté de Wachenheim (Allemagne) est victime d'une accusation de meurtre. Tous les juifs de la région sont brûlés sur le bûcher.
Skynet : 19 avril, ce jour-là, n’oubliez pas

19 avril 1506 -- Émeutes antijuives à Lisbonne. Une foule de 10 000 Portugais, renforcée par des marins allemands, hollandais et français venus du port, pénètre dans le quartier des juifs convertis au catholicisme, où elle massacre hommes, femmes et enfants. Des bûchers sont édifiés dans plusieurs quartiers de la ville pour y brûler les morts et même les vivants. Le massacre se poursuit jusqu'au 23 avril. Environ 3 000 Juifs sont tués.
Skynet : 19 avril, ce jour-là, n’oubliez pas

19 avril 1895 -- Les ambassadeurs d'Angleterre, la France et la Russie présente au gouvernement turc ottoman, un programme de réformes pour les six provinces arméniennes de l'Arménie occidentale.
American University of Armenia : This day in Armenian history

19 avril 1909 -- Empire ottoman/Cilicie : le 15 avril, des gens venus de Kars Bazar et d’Hamidiyé, quelques voyous d’Adana, des Circassiens des environs de Sis et une bande de Afchars et de Tchétchènes, qui venaient de massacrer les occupants d’une vingtaine de fermes arméniennes et de moulins des alentours et de les incendier, commencèrent le siège de Sis. Celui-ci dura cinq jours, jusqu’au 19 avril. Le commandant de la gendarmerie, un Albanais nommé Hadji Mouhammed, joua un rôle déterminant dans la défense de la ville, à laquelle la population arménienne participa en bloc. L’assaut le plus violent eut lieu le 19 avril, mais fut repoussé. Au cours de ces journées, la ville accueillit près de mille réfugiés, essentiellement des travailleurs saisonniers originaires d’Hadjın qui travaillaient dans les exploitations agricoles de la région.
Les Arméniens d’Antioche, au nombre de huit cents sur un total de 20 000, n’eurent pas la chance de leurs compatriotes du bord de mer. Ils n’eurent confirmation des massacres d’Adana que le 19 avril.
Dans ces conditions, la séance du Parlement ottoman du 19 avril était censée apporter des éclaircissements, malgré l’anarchie qui a régné dans la capitale durant les quelques jours précédents. Les parlementaires arméniens, soutenus par les députés turcs Ali Munif et Ali Hikmet, déposèrent une motion exigeant l’arrêt immédiat des massacres. Au cours de cette même séance, le député Vartkès interpelle ses collègues : « Si nous ne punissons pas les personnes responsables de tels actes, qui engendrent la haine entre les différents éléments ottomans, ce genre d’événements douloureux risquent de se reproduire ailleurs [...] »
© Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |
© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915

Imprescriptible : Les massacres de Cilicie d’avril 1909

19 avril 1909 -- Empire ottoman : ce n’est que vers le 19 avril que les premières informations fiables parviennent à Constantinople, montrant l’étendue de la Catastrophe. Or, l’interprétation des événements véhiculés dans l’opinion publique ottomane par les cercles du pouvoir ne manquent pas de consterner la représentation nationale arménienne, puisque la presse stambouliote les présente comme une sanglante insurrection des Arméniens de Cilicie.
© Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |
© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915

Imprescriptible : La gestion de la crise cilicienne par les cercles arméniens

19 avril 1909 -- Le 19 avril vers 18h, durant la traversée de la Méditerranée, la réception d’un radiotélégramme fait mettre au Victor-Hugo le cap sur Mersine (Empire ottoman/Cilicie) afin d’y assurer la protection des ressortissants français ; le Jules-Michelet allant mouiller comme prévu, le 21 avril à 7h du matin, au Pirée où se trouvent deux canonnières russes : le Téretz et l’Ouraletz ; un navire militaire anglais est à Phalère où se trouve le Duguay-Trouin qui doit alors se rendre à Rhodes.
© Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |
© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915

Imprescriptible : L’intervention de la Marine française durant les massacres de Cilicie d’avril 1909

19 avril 1915 -- Empire ottoman/Cilicie : un convoi de déportés de Zeïtoun arrive en Syrie.
Imprescriptible : CILICIE (VILAYET D'ADANA ET SANDJAK DE MARACH)

19 avril 1915 -- Empire ottoman/Syrie : d'après les nouvelles du 19 avril, il meurt chaque jour 50 à 100 personnes - de faim, pour la plupart -dans chacun des camps qui jalonnent la route entre Alep et Deir-ez-Zor. » Mais, le 29 juillet, le consul Rössler signale l'arrivée à Deir-ez-Zor d'un autre mutessarif: c'est Zéki bey. « Le gouvernement central avait déjà ordonné une première fois de ne garder à Deir-ez-Zor qu'un nombre d'Arméniens égal à 10 % de la population de la ville; maintenant, ceux qui restaient vont être exterminés à leur tour. Il se pourrait bien que cette mesure soit directement liée à l'arrivée d'un nouveau mutessarif; impitoyable, nommé à la place de Souad bey qui était beaucoup plus humain et qui a été déplacé à Bagdad. »
Ternon, Yves. Enquête sur la négation d'un génocide, Marseille, Parenthèses, 1989
Imprescriptible : Les fonctionnaires

19 avril 1915 -- Empire ottoman : d’après un nouvel ordre, les Arméniens — cela veut dire les citoyens ottomans chrétiens — ne sont plus admis à porter des armes et ne seront employés que pour des travaux. C’est la raison pour laquelle Gar[abed] ne peut plus être saptieh et le gouvernement ne peut plus l’employer comme quoi que ce soit. Le commandant nous a aimablement proposé de laisser entièrement Garabed à notre [disposition]. Nous avons poliment refusé sa proposition, d’une part pour pas trop abuser de la complaisance du gouvernement, d’autre part à cause de nous et surtout de Garabed, car on n’a dorénavant pas assez de travail pour lui dans la mission. Si nous l’employons malgré tout, cela fera sans doute naître des querelles et des jalousies. D’autre part Garabed pourrait revendiquer un salaire, au moins pour lui-même, bien que toute sa famille ait le gîte et le couvert à Bethesda et qu’il évite d’aller à la guerre par notre seule grâce. Nous avons en effet demandé que Garabed ait le droit de rester chez nous, ne soit pas déporté et reste à notre disposition pour le cas où nous en aurions besoin. On y a volontiers consenti [...]
© Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |
© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915

Imprescriptible : LE JOURNAL DE HANS BAUERNFEIND

19 avril 1915 -- Empire ottoman : lettre datée du 19 avril 1915. « Chaque jour 200 ou 300 personnes de Zeïtoun sont transférées à BM. Sévèrement gardées, et après une courte halte la nuit, elles sont déportées dans des directions inconnues. Les hôtels et deux écoles arméniennes sont remplis de ces familles déportées de Zeïtoun ; Alabach et Fournouz. Le Gouvernement a décidé d'évacuer par la force toutes les autres régions arméniennes. Il est impossible de décrire la misère qui en résulte. Des vieillards, des infirmes et des enfants de 4 à 5 ans partent en masses compactes, nu-pieds. »
Imprescriptible : lettres d'un habitant arménien décrivant la déportation des Arméniens de Cilicie ; communiquées par le Comité Américain de Secours aux Arméniens et aux Syriens.

19 avril 1915 -- Empire ottoman : un homme échappé d'Ardjech nous raconta le sort de cette ville, la seconde du vilayet en grandeur et en importance, après Van. Le Kaïmakam avait appelé tous les chefs de corporations ensemble le 19 avril, et comme il avait toujours été en termes amicaux avec les Arméniens, ils eurent confiance en lui. Et une fois réunis, il les avait fait tous abattre par ses soldats.
Imprescriptible : La mission américaine à Van : récit de Miss Grace Higley Knapp, imprimée à titre privé aux états-unis (1915).

19 avril 1915 -- Empire ottoman : Dyarbekir. Des membres du conseil diocésain, des conseils paroissiaux, des organisations humanitaires, sont arrêtés et emprisonnés sur ordre du vali Resid. ** (Kévorkian, 2006:441). Le gouvernement tenant M. Meguerditch Yéguénian et toute le nation arménienne pour responsables des désertions, donne l'ordre d'arrêter tous les membres de l'Ephorie, entre autres M. Trpandjian et M. Yéguénian, ainsi que le bedeau de l'Eglise Sourp-Guiragos. On leur fait subir un premier interrogatoire serré et à partir de ce moment, les prisons commencent à se remplir peu à peu.
Mass violence : Chronologie de l’extermination des Arméniens de l’Empire ottoman par le régime jeune-turc
Ermeni Hayem

19 avril 1915 -- Empire ottoman : sancak de Malatia. Les conscrits arméniens de la région ont été désarmés et versés dans des bataillons de travail.** (Kévorkian, 2006:501).
Mass violence : Chronologie de l’extermination des Arméniens de l’Empire ottoman par le régime jeune-turc

19 avril 1915 -- Empire ottoman : Hans Bauernfein considère ses notes quotidiennes non plus comme un journal intime, mais comme un nécessaire correctif à la propagande militaire officielle turque et allemande. Le Journal de Bauernfeind évoque d’abord le désarmement, les fouilles à domicile, les arrestations, tortures et massacres des hommes. Selon l’ordre mentionné le 19 avril 1915 dans son Journal, les Arméniens « ne sont plus admis à porter des armes et ne seront employés que pour des travaux ». Les perquisitions dans les maisons arméniennes ont pour objet non seulement les armes mais aussi tous les livres, journaux, lettres et réfugiés. Après les riches, le gouvernement perquisitionne chez les pauvres et découvre des armes enterrées dans les champs. « Les Arméniens se trahissent réciproquement ». Bauernfeind rapporte que des paysans forts ont été désignés pour battre les Arméniens en présence des policiers, en évitant qu’ils ne meurent.
© Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |
© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915

Imprescriptible : Malatia 1915 : carrefour des convois de déportés d’après le journal du missionnaire allemand Hans Bauernfeind
Petite encyclopédie du génocide arménien : Malatia 1915 . le journal de Hans Bauernfeind

19 avril 1919 -- A Vilna, des polonais se livrent à un pogrom qui dure quatre jours. Ils pillent les maisons juives, incendiant le quartier et tuent plusieurs centaines de juifs. Des centaines d'autres sont arrêtés et torturés.
- 11 juifs sont tués lors du deuxième pogrome auquel se livre l'Armée nationale ukrainienne de Simon Petlioura à Romanov (province de Volhynie).
Skynet : 19 avril, ce jour-là, n’oubliez pas

Les 19-25 avril 1920 -- La Conférence de la Paix se réunit à San Remo. C'est là que furent arrêtés sous leur forme définitive, les conditions du traité de paix avec la Turquie. A cette Conférence de nombreux accords conclus entre les puissances alliées (France, Grande Bretagne...) sur le partage du Proche-Orient, sont remis à jour à la lumière des rapports de force.
Joseph Yacoub
Imprescriptible : Au lendemain du génocide, les traités de paix et les Assyro-Chaldéens

19 avril 1920 -- Lors de la réunion des Etats de l'Entente à San Remo (Italie), il a été suggéré de donner un mandat pour l'Arménie grâce aux bons offices du président Woodrow Wilson (Etats-Unis).
American University of Armenia : This day in Armenian history

19 avril 1942 -- 1 500 juifs de Ciechocinek (Varsovie) sont déportés au camp d'extermination de Chelmno.
Skynet : 19 avril, ce jour-là, n’oubliez pas

19 avril 1943 -- Ouverture d’une conférence entre Américains et Britanniques, pour discuter de la possibilité de secourir les réfugiés juifs d’Europe. Le manque de sérieux de la conférence fera dire aux Juifs qu’elle est une moquerie et un geste cruel.
Ajpn : Repères chronologiques 1905 à 1945

19 avril 1943 -- Pologne : la police et les forces auxiliaires SS entrent dans le ghetto de Varsovie sous le commandement du SS Oberführer Ferdinand von Sammern-Frankenegg. Le plan prévoit une prise intégrale du ghetto en 3 jours qui échoue. Aussi Ferdinand von Sammern-Frankenegg est-il remplacé par Jürgen Stroop, qui met quatre semaines à anéantir le ghetto. Le 19 avril 1943, les derniers Juifs du ghetto de Varsovie se soulèvent contre leurs oppresseurs. Sans espoir de survie, encore moins de victoire, ils vont tenir tête héroïquement aux soldats et SS allemands pendant un mois. C'est le premier soulèvement d'une ville dans l'Europe nazie et une manifestation éclatante de la capacité de résistance des juifs. Le 19 avril 1943, quand 850 soldats allemands pénètrent en force dans le ghetto pour liquider celui-ci, les résistants les attendent de pied ferme, barricadés dans leurs bunkers et leurs caves. Au nombre de 3.000 environ, ils sont regroupés principalement dans l'Organisation des Combattants Juifs, commandée par Mordechai Anilewicz, et l'Union Juive Armée de Pawel Frenkiel. 600 seulement disposent d'armes à feu. Les hommes d'Anilewicz se cachent dans tout le ghetto cependant que ceux de Frenkiel tentent d'arrêter les Allemands à l'entrée du quartier. Le général SS Jürgen Stroop, qui dirige l'opération, est pris de court par la rébellion. Il fait venir 2000 hommes et des chars en renfort. Dès lors, les Allemands vont incendier systématiquement les immeubles et propulser du gaz dans les souterrains pour en déloger les résistants, immeuble par immeuble, cave par cave. Ces derniers, malgré le déluge de moyens déployé par l'ennemi, vont tenir pendant un mois. 6.000 Juifs trouvent la mort dans les combats ou se suicident (c'est le cas de Mordechai Alinewicz, le 8 mai 1943), 7000 sont fusillés sur place. Les autres sont déportés. Une poignée de miraculés vont échapper à la mort en s'enfuyant par les égoûts. Parmi eux, Marek Edelman. Il va rejoindre la résistance non-communiste et mettra un point d'honneur à demeurer en Pologne après la chute du nazisme, poursuivant la lutte contre toutes les oppressions. Il mourra couvert d'honneurs le 2 octobre 2009, à 90 ans. Le ghetto est rasé sitôt l'insurrection écrasée. Cette absolue tragédie va devenir pour les Juifs et les adversaires du nazisme le symbole de l'esprit de résistance et du renouveau. Le 19 avril est décrété jour de commémoration de la Shoah, en mémoire du début de l’insurrection du ghetto de Varsovie en 1943.
Herodote : Le ghetto de Varsovie se soulève

19 avril 1943 -- Un vingtième transport quitte le camp de regroupement de Malines (Mechelen, Belgique) avec 1631 juifs, dont 262 enfants, déportés au camp d'extermination d'Auschwitz. 150 déportés seulement survivront jusqu'à la libération du camp en 1945.
Skynet : 19 avril, ce jour-là, n’oubliez pas

19 avril 1944 -- Les juifs de Nagykanizsa (Hongrie), au nombre d'environ 2 700, sont regroupés dans un ghetto. Les juifs habitaient la ville depuis le début du XVIIIe siècle. La communauté était connue pour ses activités religieuses, culturelles et économiques florissantes.
Skynet : 19 avril, ce jour-là, n’oubliez pas

19 avril 1945 -- 15 juifs déportés de Hongrie sont fusillés et brûlés à Scheibbs (Autriche).
Skynet : 19 avril, ce jour-là, n’oubliez pas

19 avril 1990 -- Le Parlement chypriote adopte une motion spéciale condamnant le génocide arménien.
American University of Armenia : This day in Armenian history

19 avril 1994 -- Rwanda : à Butare, le seul préfet tutsi du Rwanda essaye de lutter contre le développement du génocide dans sa région. Il est destitué le 17 avril 1994. Le génocide démarre vraiment ensuite. Le 19 avril 1994 le Président du Gouvernement intérimaire vient sur place soutenir les autorités locales et la population par un appel « au travail ».
Wikipedia : génocide des Tutsi au Rwanda

19 avril 2005 -- Le génocide des Arméniens est reconnu par la Pologne.
Wikipédia : Reconnaissance politique du génocide arménien

19 avril 2004 -- Le génocide de 8 000 musulmans de Bosnie, commis en 1995 par les Serbes à Srebrenica, est reconnu par le Tribunal Pénal International pour l’ex-Yougoslavie le 19 avril 2004.
AIDH : Crimes de masse au XXe siècle Génocides, Crimes contre l’Humanité


Compilation réalisée par le site www.collectifvan.org




Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org