Aujourd'hui : Mercredi, 18 juillet 2018
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Le Collectif VAN, partenaire du Festival de Douarnenez 2016
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Collectif VAN : l'éphéméride du 16 mai
Publié le : 16-05-2018

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - La rubrique Ephéméride est à retrouver quotidiennement sur le site du Collectif VAN. Elle recense la liste d’événements survenus à une date donnée, à différentes époques de l’Histoire, sur les thématiques que l’association suit au quotidien. L’éphéméride du Collectif VAN repose sur des informations en ligne sur de nombreux sites (les sources sont spécifiées sous chaque entrée). Vous pouvez retrouver tous les éphémérides du Collectif VAN dans la Rubrique Actions VAN, en cliquant sur ces liens:


Les éphémérides du Collectif VAN (1ère partie)

Les éphémérides du Collectif VAN (2ème partie)



Légende photo : 16 mai 1943 -- Après quatre semaines de combats, la résistance du ghetto de Varsovie se termine : les 56.065 survivants sont exécutés ou déportés directement dans les chambres à gaz de Treblinka. Photo : combattants de la résistance juive capturés par les troupes SS au cours de la révolte du ghetto de Varsovie. Varsovie, Pologne, du 19 avril au 16 mai 1943.


Ça s’est passé un 16 mai (les événements sont classés du plus ancien au plus récent) :

16 mai 1909 -- Empire ottoman : Le Victor-Hugo est toujours à Mersine. Vers cette date, le croiseur allemand Hamburg quitte la région après sa relève par le Lubeck. Le courrier destiné au Jules-Michelet arrive enfin.
© Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |
© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915

Imprescriptible : L’intervention de la Marine française durant les massacres de Cilicie d’avril 1909

16 mai 1915 -- Empire ottoman : on arrêta 130 notables arméniens et on les emprisonna. L’évêque Sembat, aidé en cela par des membres influents de la nation, ayant pu démontrer l’innocence des prisonniers, ceux-ci furent relâchés sous garantie. Toutefois, on en garda cinq sous l’inculpation d’appartenir au comité Tachnakiste. C’était Aram Adourni, Filipos Verghian, le photographe Stépan Stépanian, Héran Héssian, Keussé Elidjézi.
J. Naayem, Les Assyro-chaldéens et les Arméniens massacrés par les Turcs. Documents inédits recueillis par un témoin oculaire, Paris, Bloud § Gay, 1920
Imprescriptible : Les massacres d’Erzeroum

16 mai 1915 -- Empire ottoman : les perquisitions domiciliaires et les arrestations continuent. Une très bonne fille [Veronika] sabathiste (de la famille Bonapartian) a été arrêtée [et] envoyée à Mezré parce qu’ils ont trouvé chez elle quelques chants arméniens écrits de la main de son pasteur. De notre point de vue, il s’agit d’un fait inoffensif et d’une méprise cruelle de la part du gouvernement. Désormais, la désertion se transforme en jeu de cache-cache avec le gouvernement. En cherchant des armes, on a trouvé un de nos maîtres, le tailleur de pierre Megerditch varbèd, dénoncé par un enfant. Il s’était caché pendant sept mois dans un bardeau. Un cousin de notre ami Bardrian, Edward, fut arrêté avant-hier en compagnie de quelques amis. Des gens pareils restent un certain temps en prison, sont envoyés à Mezré, etc., et puis ils recommencent leur jeu [...]
© Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |
© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915

Imprescriptible : LE JOURNAL DE HANS BAUERNFEIND

14 au 16 mai 1915 -- Empire ottoman : les forces turques lèvent le siège de Van et partent, avec la population musulmane de la ville, en direction du sud-ouest, avant l’arrivée des forces russes, le 18 mai.
*** (Rafaël de Nogales, 1926 :107; Ussher, 2002 :153; Kévorkian, 2006 :405).
Mass violence : Chronologie de l’extermination des Arméniens de l’Empire ottoman par le régime jeune-turc (1915-1916)

16 mai 1915 -- Empire ottoman : les 30 000 villageois arméniens de la plaine d’Erzerum sont déportés en trois grandes caravanes, vers Mamahatun. Ils sont exterminés vers Erzincan par un escadron de la Teskilât-ı Mahsusa.
*** (Kaiser, 2002 :139; Kévorkian, 2006 :359,366-367).
Mass violence : Chronologie de l’extermination des Arméniens de l’Empire ottoman par le régime jeune-turc (1915-1916)

16 mai 1915 -- Empire ottoman : vilayet de Bitlis. Après avoir, au cours des jours précédents, fait massacrer les hommes par des tribus kurdes locales, le vali Mustafa Abdülhalik organise la déportation des femmes et des enfants des 56 localités du kaza de Bitlis (16 651 âmes) et des 22 villages du kaza septentrional d’Akhlat (13 432 Arméniens). Au cours des jours suivants, 12 000 de ces déportés, dont beaucoup de blessés, se retrouvent concentrés à Bitlis, dont 700 sont reçus dans la mission américaine. Ils sont finalement expédiés en plusieurs convois vers le sud, et massacrés.
* (Knapp, 2002 :31; Kévorkian, 2006 :416).
Mass violence : Chronologie de l’extermination des Arméniens de l’Empire ottoman par le régime jeune-turc (1915-1916)

16 mai 1915 -- Empire ottoman : loi du 16 mai 1915 concernant les instructions relatives aux biens mobiliers et immobiliers abandonnés par les Arméniens déportés, la loi prévoit l'installation de réfugiés turcs dans ces demeures et sur ces terres.
Imprescriptible : Chronologie sommaire du génocide arménien

16 mai 1915 -- Empire ottoman : télégramme du Consul d'Erzeroum (Scheubner-Richter) à l'Ambassade d'Allemagne, Constantinople. « Les mesures d'expulsion vers Mama-hatoun, etc., qui visent la totalité de la population arménienne de la région, ont été prises sur ordre du commandant en chef de l'armée et on les a justifiées en faisant valoir des considérations d'ordre militaire. Etant donné que les hommes arméniens sont incorporés dans les bataillons de travail, ce sont essentiellement des femmes et des enfants qui sont chassés de chez eux, contraints de laisser sur place tout ce qu'ils possèdent. Puisque rien ne permet de croire à une révolte chez les Arméniens de la région, cette cruelle mesure de bannissement est sans fondement et suscite la colère. L'administration civile n'est pas concernée et décline toute responsabilité dans les conséquences qui pourraient en découler. »
Scheubner
J. Lepsius, Archives du génocide des Arméniens, Fayard, 1986.
Imprescriptible : Le génocide arménien dans les Archives allemandes

16 mai 1917 -- Les accords secrets conclus ainsi par les puissances en ce qui concerne leurs zones d’influence dans la Turquie d’après guerre ont été, après leur publication, dénoncés de différents côtés comme les preuves matérielles de l’impérialisme des États qui disaient mener la guerre pour le triomphe de la justice et la liberté des peuples. Il est, certes, difficile de nier que ces accords secrets révélaient un esprit qui était loin de celui des déclarations officielles qui avaient précisé les buts de guerre de l’Entente. Ces actes assuraient en effet aux Puissances alliées de l’Entente de grands avantages économiques et, comme tels, avaient un caractère « impérialiste » très prononcé : l’Arménie, en particulier, était, par l’accord Sazonow-Paléologue, tout simplement partagée entre la Russie et la France. Mais, en toute justice, on doit aussi reconnaître que les Arméniens, les Syriens et les Arabes qui, en vertu de ces actes, passaient du joug turc sous l’« influence » plus ou moins directe des puissances civilisées ne pouvaient que gagner au change. Comme l’a très justement dit le 16 mai 1917, à la Chambre des communes, lord Robert Cecil, en parlant des Arméniens, « tout changement, même la plus complète annexion impérialiste, serait un bienfait pour le peuple qui a souffert de pareils crimes ».
Mandelstam, André. La Société des Nations et les Puissances devant le problème arménien, Paris, Pédone, 1926 ; rééd. Imprimerie Hamaskaïne, 1970.
Imprescriptible : Les accords secrets interalliés sur la Turquie et leur modification pendant la Conférence de la Paix

16 mai 1942 -- Dans le ghetto de Pabianice (Pologne), au cours de laquelle 150 juifs ont été tués, 8000 juifs sont déportés au camp d'extermination de Chelmno.
Skynet : 16 mai, ce jour-là, n’oubliez pas

16 mai 1943 -- Après quatre semaines de combats, la résistance du ghetto de Varsovie se termine : les 56.065 survivants sont exécutés ou déportés directement dans les chambres à gaz de Treblinka. « Le quartier juif a cessé d'exister », déclare le général SS Stroop. Le Ghetto est rasé. Toutefois, les combats continuent jusqu'à la fin du mois.
- Dynamitage de la synagogue Tlomacki dans le secteur « aryen » de Varsovie.
Skynet : 16 mai, ce jour-là, n’oubliez pas

16 mai 1944 -- A Auschwitz début de l'extermination des juifs de Hongrie sous la direction de Höss.
- Ce jour un convoi de 518 Juifs part du camp italien, Fossoli di Capri près de Modène pour Auschwitz.
Les Italiens avaient crée le camp de transit de Fossoli du Capri et sera placé en mars sous commandement allemand
- 2 500 hommes, femmes et enfants sont déportés du camp de concentration de Theresienstadt au camp d'Auschwitz II - Birkenau, en théorie réservé aux familles. Comme les autres détenus, ils ont droit à certains privilèges jusqu'à ce qu'ils soient gazés dans la nuit du 11 au 12 juillet.
- Les premiers transports de juifs hongrois déportés arrivent au camp d'extermination d'Auschwitz.
Skynet : 16 mai, ce jour-là, n’oubliez pas

16 mai 1994 -- Rwanda : le "ministre de la défense" Augustin Bizimana affirma que les massacres avaient été arrêtés - sauf pour des "tueries isolées par des éléments extrémistes". Le même jour des journalistes étrangers reportaient toujours que des groupes étaient enlevés pour exécution d'un camp de réfugiés Tutsi dans un centre de l'église de Kabgayi, à quelques 20 kilomètres de l'endroit où Bizimana faisait sa déclaration. Le 16 mai aussi, la Croix Rouge internationale a reporté que le soi-disant gouvernement rwandais avait refusé d'accepter la neutralité de son hôpital de Kabgayi et ainsi ne pouvait en garantir la sécurité. Aussi le même jour et les deux jours qui suivirent, les massacres ont augmenté d'intensité dans la préfecture de Butare. Les miliciens qui gardaient les barrières dans la région maltraitaient les passants. Ces changements étaient le résultat de l'arrivée des miliciens qui avaient été amenés du nord parce que la région n'était pas "suffisamment nettoyée". Ils devaient tuer les Tutsi et Hutu membres de l'opposition qui avaient été arrêtés précédemment protégés par les autorités locales ou qui avaient pu autrement échapper aux massacres.
Aidh : UN RAPPORT DE HUMAN RIGHTS WATCH - Génocide au Rwanda

16 mai 2006 -- France : des historiens dénoncent la proposition de loi socialiste visant à sanctionner la négation du génocide arménien de 1915, examinée jeudi par l'Assemblée, tandis que des Arméniens disent leur douleur de voir la France « s'incliner devant le négationnisme d'Etat de la Turquie ».
Collectif VAN - Négation du génocide : logique d'historiens contre douleur des Arméniens

16 mai 2007 -- A la suite de nos informations du 14 mai, concernant la lettre de menace de mort envoyée à un établissement scolaire arménien de Turquie, nous avons reçu de plus amples informations en provenance d'Istanbul. Ce sont au total 32 lettres similaires qui ont été adressées à diverses fondations arméniennes de Turquie : écoles, lycées (Kalfayan, Bezdjian, etc) et autres.... Une fois de plus la communauté arménienne de Turquie est otage de la haine et du racisme dans son propre pays. Il y a fort à parier qu'elle ne sera pas en mesure de réagir et de faire connaître l'état de siège permanent dans lequel elle vit. A vous, à nous de divulguer cette information capitale au plus grand nombre. Les manifestations « laïques » qui se déroulent depuis quelques semaines en Turquie sont manipulées pour être présentées comme un sursaut démocratique de la part du peuple turc, face à l'islamisme. Pourtant l'armée – et son vivier d'ultra-nationalistes dangereux (cf l'assassinat de Hrant Dink et celui récent des 3 chrétiens à Malatya) - est la véritable instigatrice de ces démonstrations de force. Et c'est encore elle qui a inspiré, si ce n'est téléguidé, cet envoi de lettres de menaces de mort à l'encontre de la communauté arménienne de Turquie : le langage utilisé dans ces courriers est typique de celui des militaires turcs.
Collectif VAN - Turquie : 32 fondations arméniennes reçoivent des menaces de mort


Compilation réalisée par le site www.collectifvan.org





Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org