Aujourd'hui : Vendredi, 20 octobre 2017
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Site officiel du Centenaire du génocide arménien de 1915
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Le Collectif VAN, partenaire du Festival de Douarnenez 2016
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Turquie : Amnesty International demande la libération des défenseurs des droits humains
Publié le : 06-10-2017

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Le Collectif VAN vous propose de lire ce Communiqué de presse d'Amnesty International publié le 28 septembre 2017.









Amnesty International

Qui sont les 10 d’Istanbul et pourquoi ont-ils été emprisonnés en Turquie ?

28 septembre 2017, 12:01 UTC

En juillet 2017, notre amie et collègue İdil Eser, la directrice d’Amnesty Turquie, a été arrêtée à Istanbul en même temps que neuf autres défenseurs des droits humains. Huit de ces personnes sont encore en prison et deux ont été libérées sous caution. Toutes font l’objet d’une enquête au titre des lois antiterroristes. Ces personnes n’ont pourtant rien fait de mal.

Ces arrestations ont eu lieu un mois seulement après l’arrestation, injuste également, de Taner Kılıç, le président d’Amnesty Turquie. Il est toujours en prison.

Le 14 octobre 2017, à l’occasion de l’anniversaire d’İdil Eser, Amnesty organise une journée mondiale d’action pour demander leur libération.

Pourquoi sont-ils dans cette situation ?

Que s’est-il passé le 5 juillet 2017 ?

Cela aurait dû être une journée ordinaire pour İdil Eser, la directrice d’Amnesty Turquie. Elle participait à un atelier sur le bien-être et la sécurité numérique à Istanbul avec des collègues d’autres organisations de défense des droits humains. Ce type de réunion a lieu toutes les semaines partout dans le monde.

Pendant l’atelier étaient prévues des discussions ouvertes sur le stress auquel les participants étaient soumis et sur les manières de le gérer.

Mais pendant l’atelier, la police a effectué une descente dans le bâtiment et a arrêté tous les participants, dont les deux formateurs.

Ils ont dans un premier temps été conduits dans différents postes de police à Istanbul, puis ont été détenus pendant plusieurs jours à la Direction de la sécurité d’Istanbul, le siège de la police. Le 18 juillet, ils ont comparu devant un juge, car le procureur avait demandé qu’ils soient emprisonnés dans l’attente de leur procès.

Le procureur leur a posé des questions grotesques : İdil Eser a été interrogée sur une campagne d’Amnesty International datant de 2014, soit plus de deux ans avant qu’elle rejoigne l’organisation, et sur le fait qu’elle ait été en contact avec Taner Kılıç, le président d’Amnesty Turquie qui avait été arrêté un mois avant elle. Il semble pourtant que le fait que ces deux personnes communiquent soit tout à fait naturel.

Qui sont les 10 d’Istanbul ?

Les 10 personnes qui ont été arrêtées le 5 juillet 2017 sont :


İdil Eser, la directrice d’Amnesty Turquie
İlknur Üstün, de la Coalition des femmes
Günal Kurşun, de l’association Human Rights Agenda
Nalan Erkem, de l’organisation Citizens’ Assembly
Özlem Dalkıran, de l’organisation Citizens’ Assembly
Veli Acu, de l’association Human Rights Agenda
Şeyhmus Özbekli, un avocat
Nejat Taştan, de l’association Equal Rights Watch
Ali Gharavi, consultant en stratégie numérique et en bien-être et auteur
Peter Steudtner, formateur en méthodes non violentes et consultant en stratégie numérique et en bien-être

Nejat Taştan et Şeyhmus Özbekli ont depuis été libérés sous caution, mais font toujours l’objet d’une enquête.

Pourquoi sont-ils emprisonnés ?

Ces enquêtes ne sont que les tentatives les plus récentes de réduire au silence les voix dissidentes en Turquie.

Depuis la tentative ratée de coup d’État de juillet 2016, près de 150 000 personnes sont sous le coup d’une information judiciaire.

Au cours de l’année écoulée, plus de 180 organes de presse ont été fermés et quelque 2 500 journalistes et autres professionnels des médias ont perdu leur emploi. Plus de 140 journalistes et professionnels des médias sont emprisonnés dans l’attente de leur procès.

La dissidence est devenue dangereuse en Turquie et maintenant, même les défenseurs des droits humains sont pris pour cible.

Ces hommes et femmes ont mis leur propre sécurité en péril pour en défendre d’autres. Aucun d’entre eux n’a fait quoi que ce soit de mal. Les autorités turques ont emprisonné ces personnes, comme elles ont emprisonné des centaines de journalistes et d’autres personnes, afin d’alimenter la propagande selon laquelle les défenseurs des droits humains sont dangereux et doivent être arrêtés. Ces allégations sont ridicules et tout simplement fausses.

Où sont-ils détenus ?

Sept des huit personnes emprisonnées sont détenues à la prison de Silivri, à Istanbul, la prison de plus haute sécurité de Turquie. İlknur Üstün est détenue à la prison de Sincan, à Ankara. Deux autres personnes ont été libérées sous caution, mais font toujours l’objet d’une enquête.

Ils ne peuvent pas recevoir de courrier et ne peuvent voir que leurs avocats et leur famille proche une fois par semaine pendant une visite surveillée d’une heure.

İdil Eser n’a pas de famille et n’a donc reçu aucune visite à part celles de son avocat jusqu’à ce que les demandes d’autorisation de visite de ses amis soient enfin acceptées.

Ils sont autorisés à lire des livres et des journaux mais ne peuvent pas recevoir de courrier de l’extérieur. Ils sont détenus avec une autre personne mais ne peuvent pas se voir les uns les autres.

Que se passe-t-il pour l’anniversaire d’İdil Eser et que puis-je faire pour aider ?

Ce n’est pas parce qu’Idil Eser est en prison que nous ne pouvons pas lui offrir un anniversaire dont elle se souviendra. C’est pour cela que nous organisons un événement mondial le 14 octobre pour fêter son anniversaire avec elle par la pensée. Vous êtes tous invités !

Joignez-vous à nous le 14 octobre et souhaitez un joyeux anniversaire à İdil Eser en exigeant sa libération et en partageant ce message sur les réseaux sociaux avec le hashtag #PartyWithIdil.

Rejoignez l’événement mondial pour l’anniversaire d’İdil Eser et aidez-nous à faire en sorte que son cadeau cette année soit sa libération.

La répression turque en chiffres

En juillet 2016, une violente tentative de coup d’État a lieu en Turquie.

246 morts
2 194 blessés

Depuis, une répression de masse est organisée et vise non seulement les personnes légitimement soupçonnées d’avoir participé à la tentative de coup d’État, mais visiblement aussi toute personne qui semble critiquer le gouvernement, dont les médias.

4 renouvellements de l’état d’urgence
Plus de 149 000 personnes soumises à une enquête
Plus de 50 000 personnes placées en détention
Plus de 100 000 personnes licenciées
Plus de 140 journalistes arrêtés
Plus de 180 organes de presse fermés par décret
Plus de 3 800 organisations non gouvernementales fermées

Les auteurs de la tentative de coup d’État doivent être traduits en justice. Mais les droits durement acquis ne doivent pas être réprimés par la même occasion.




Retour à la rubrique


Source/Lien : Amnesty International



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org