Aujourd'hui : Lundi, 22 octobre 2018
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Le Collectif VAN, partenaire du Festival de Douarnenez 2016
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Revue de presse - "Pour nous, militants associatifs, au second tour, c'est Macron"
Publié le : 03-05-2017

Les travailleurs humanitaires, militants antiracistes, engagés dans des mouvements de solidarité internationale ont signé dans une tribune publiée sur l'Obs le 03 mai 2017 pour faire barrage à Marine Le Pen au second tour de la présidentielle en votant pour Emmanuel Macron. Le Collectif VAN aussi était parmi les signataires de cet appel.


Par L'Obs

Publié le 03 mai 2017 à 11h16

"Pour nous, militants associatifs, au second tour, c'est Macron"

Ils sont travailleurs humanitaires, militants antiracistes, engagés dans des mouvements de solidarité internationale. Tous appellent à faire barrage à Marine Le Pen au second tour de la présidentielle en votant pour Emmanuel Macron. Ils expliquent pourquoi.

"Notre pays va élire un président dans quelques jours. Nous exerçons ou avons exercé des responsabilités dans des associations et des ONG qui constituent le cœur de la société civile. C’est à ce titre que nous nous exprimons aujourd’hui.

En tant que citoyen, chacun d’entre nous a voté au premier tour pour le candidat qui répondait le mieux à ses aspirations. Mais face à cet enjeu électoral décisif, qui va bien au-delà de la simple désignation du président de la République, nous sommes extrêmement inquiets de l’apathie ou des hésitations de nombreux compatriotes qui semblent mal mesurer le danger qui nous guette.

Depuis longtemps, nous agissons pour la solidarité internationale et l’action humanitaire, pour la défense des droits de l’homme, pour l’accès de tous aux besoins élémentaires d’une vie digne, pour la parité, la protection des minorités, la sauvegarde des écosystèmes, contre l'effondrement de la biodiversité et une gestion durable et équitable des ressources naturelles…

Pourtant notre pays, durement touché par le terrorisme islamiste et le désarroi économique, est aujourd'hui guetté par la tentation du retrait, du repli, du rejet des étrangers et de ce qui vient d’ailleurs. Or, cette politique ne ferait que renforcer ce terrorisme qu'il craint.

L’information instantanée et les interactions immédiates avec un monde complexe et instable nous obligent évidemment à davantage de souplesse et de coopération que de raidissement et de fermeture : nous apprenons que des armes chimiques sont utilisées en Syrie ou au Darfour, presque en même temps que les populations prises pour cibles, que les épidémies ne connaissent pas de frontières, que les désastres écologiques traversent pays et continents. Tout ce qui se passe là-bas a des impacts immédiats sur ce qui arrive ici. Y opposer un "souverainisme" étroit n’est pas une option politique, c’est un déni de réalité.

L'Union européenne a certes des imperfections, mais elle nous a préservés de la guerre. Aujourd’hui, Vladimir Poutine œuvre à la disloquer, Donald Trump y encourage un Brexit généralisé, Recep Erdogan, qui conduit la Turquie à une dérive de plus en plus autoritaire, instrumentalise la situation de millions de réfugiés pour la menacer. Les dangers sont donc immenses si elle se désunit.

Nous sommes bien placés pour le savoir, l’Union européenne est le principal bailleur de l’aide internationale et promeut des initiatives constantes en faveur d'un environnement mieux préservé. L’Afrique, une partie de l’Asie et du Moyen-Orient sont dévastés par des conflits qui engendrent des déplacements massifs de civils. Beaucoup affluent sur le Vieux Continent. Alors que le président étatsunien entend faire des coupes sombres dans les budgets de l’aide et de la protection de l'environnement, notre honneur mais aussi nos intérêts véritables nous commandent au contraire de favoriser la paix et un développement équitable. Seule l’Union européenne en a les ressources et la capacité à entraîner le reste du monde. Ce qui la distingue aussi, ce sont la démocratie, les droits constitutionnels de liberté d’opinion, d’organisation et de mouvement. En son sein, la France conserve une aura extraordinaire, car elle est en grande partie à l’origine de ces acquis universels. Nous en sommes fiers et c’est en cela que nous sommes des patriotes.

Nous sommes aussi authentiquement internationalistes et laïques : nous exerçons sans discrimination notre solidarité et notre aide, quelles que soient les origines ou les croyances des bénéficiaires. Et nous combattons quotidiennement par nos actions le racisme et l’antisémitisme qui, en droit français, ne sont pas des opinions mais très justement des délits.
Aujourd’hui, des forces rétrogrades entendent en outre entraver les droits des femmes, à commencer par le droit à l’interruption volontaire de grossesse. L’accès aux soins des plus démunis est questionné. Certains élus prétendent même restreindre l’accès à la cantine des enfants des familles pauvres. Cela aussi, nous le combattons quotidiennement par nos actions.

Certains parmi nous peuvent avoir des réserves ou des désaccords avec Emmanuel Macron. Mais l’heure est à préserver nos valeurs essentielles qui nous permettent de continuer à bâtir une France et un monde libres et ouverts. C’est pourquoi nous voterons pour lui en conscience et sans hésitation."

Premiers signataires:

Benjamin Abtan, président du Mouvement Antiraciste Européen-EGAM
Joel Bedos, "Comité international - Journée mondiale contre les LGBTphobies"
Fethi Benslama, président de l’association Jenny Aubry
Dr Jacques Bérès, ancien président de Médecins sans Frontières
Jean-Michel Boissier, secrétaire général de Reporters Sans Frontières
Claire Boulanger, consultante international humanitaire
Michel Brugière, membre de la Commission Consultative des Droits de l’Homme
Sérénade Chafik, fondatrice association Les Dorines
Diagne Chanel, présidente du Comité Soudan
Huguette Chomski Magnis, coordinatrice du Collectif Contre le Terrorisme
Dr Eric Cheysson, président de la Chaîne de l’Espoir
Pr Alain Deloche, fondateur et président honoraire de la Chaîne de l’Espoir
Francine Depras, administratrice du Comité Mondial des Apprentissages
Hervé Dubois, directeur-fondateur de l'Institut de Coopération Internationale
Denis Drouhet, ancien président comité donateurs Médecins du monde
Pierre Henry, directeur général de France Terre d’Asile
Dr Jacques Fribourg, secrétaire général SNUPHP
Roland Guénoun, ancien président de Planète Urgence
Alain Jakubowicz , président de la LICRA
Marcel Kabanda, président honoraire d’IBUKA-France
David Kalfa, président de RBF-Forum de la Mémoire
Pr Antoine Lazarus, ancien président de l’Observatoire International des Prisons
Dr Jacques Lebas, ancien président de Médecins du monde
Dr Caroline Madsac, vice-présidente du Collectif Urgence Darfour
Dr Malkin Jean-Elie, ancien conseiller du Directeur ONUSIDA
Dr Jacky Mamou, président du Collectif Urgence Darfour
Dr Claude Moncorgé, Directeur de l'Organisation Pan Africaine de Lutte pour la Santé
Brice Monnou, présidente de Femmes et Contributions au Développement
Henry Rouillé d’Orfeuil, ancien président de Coordination Sud des ONG
Kendal Nezan, président de l’Institut Kurde
Claire Nouvian, présidente de Bloom
Franck Papazian, co-président du Conseil de Coordination des Associations Arméniennes de France
Séta Papazian, présidente du Collectif VAN
Richard Odier, secrétaire général du Centre Simon Wiesenthal
Stéphanie Rameau, présidente du Mouvement Ni Putes Ni Soumises
Pierre Ramel, coordinateur Ile de France de Médecins du monde
Antoine Ricard, président du Centre Primo Lévy
Henry Rouillé d’Orfeuil, ancien président de Coordination SUD des ONG
Sabine Rosset, directrice de Bloom
Rashid Saeed Yagoub, président d’Espoir d’Ici et d’Ailleurs
Bernard Schalscha, secrétaire général de France Syrie Démocratie
Bernard Sobkowiak, président Association Médiation Interculturelle/OIMC NORD
Dominique Sopo, président de SOS-Racisme
Béatrice Szwec, présidente du Mouvement Pour la Paix et Contre le Terrorisme
Jean-Philippe Teboul, directeur d’Orientation Durable
Frederic Tissot, médecin humanitaire
Ara Toranian, co-président du Conseil de Coordination des Organisations Arméniennes de France
Antoine Vaccaro, président du Centre d’Etude et de Recherche sur la Philanthropie

https://www.nouvelobs.com/politique/20170502.OBS8838/pour-nous-militants-associatifs-au-second-tour-c-est-macron.html




Retour à la rubrique


Source/Lien : L'Obs



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org