Aujourd'hui : Vendredi, 20 octobre 2017
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Site officiel du Centenaire du génocide arménien de 1915
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Le Collectif VAN, partenaire du Festival de Douarnenez 2016
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Le Collectif VAN à la Veillée du souvenir du génocide des Tutsi
Publié le : 07-04-2017

Intervention de Séta Papazian, Présidente du Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme] le 7 avril 2017, à la Veillée du souvenir dédiée à la commémoration du génocide des Tutsi du Rwanda en 1994.


Copyright Collectif VAN/Mémorial98


23ème Commémoration du génocide des Tutsi du Rwanda
Veillée du souvenir au siège de Médecins du Monde

Intervention de Séta Papazian, Présidente du Collectif VAN
[Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]


Paris, le 7 avril 2017


Chers amis,

C'est toujours avec émotion que je me joins à vous, en tant que Présidente du Collectif VAN, pour cette Veillée du Souvenir des victimes du génocide qui a frappé les Tutsi du Rwanda en 1994.

Le génocide fait malheureusement partie de mon "ADN" puisque, du côté paternel, je suis la petite-fille de rescapés du génocide arménien perpétré en Turquie en 1915 et que, du côté maternel, ma famille a échappé aux massacres anti-arméniens de 1918 et 1919, menés dans le Caucase par les Tatars, que l'on nomme aujourd'hui Azéris ou Azerbaïdjanais.

C'est sans doute cette double injonction à mourir, à laquelle mes aînés ont échappé, qui me rend particulièrement sensible aux horreurs et aux injustices qui frappent mes sœurs et frères humains, qui me rend insupportables les appels à la haine, précurseurs des folies exterminatrices.
Chaque 7 avril, je me sens Tutsi jusqu'au fond de mon âme, en solidarité totale avec vous, ami(e)s Tutsi, qui avez été désignés par le Hutu Power et sa Radio des Mille Collines, comme des « cafards » à éliminer. Chaque 7 avril, le souvenir de la machette qui s'est abattue sans distinction sur les nourrissons, les enfants, les adolescents, les femmes, les hommes, les vieillards, au simple motif qu'ils étaient Tutsi ou supposés tels, me renvoie à l'épée qui a décapité les miens par milliers, par millions, puisqu’ils étaient coupables d'être des « bâtards » d'Arméniens comme ils sont encore nommés aujourd'hui en Turquie.

Chaque 7 avril, est commémoré le souvenir des victimes tutsi du génocide de 1994, comme chaque 24 avril les Arméniens portent la mémoire du génocide de 1915, un génocide impuni et toujours nié.

Par un hasard grinçant, ces deux dates se sont télescopées il y a 23 ans : c'est le 24 avril 1994, alors que le génocide faisait rage au Rwanda, que l'État français a reçu pour une visite privée deux représentants du gouvernement génocidaire rwandais, Jérôme Bicamumpaka, ministre des Affaires Étrangères, et Jean Basco Barayagwiza, directeur des affaires politiques et membre de la Radio des Mille collines.
À la tête d'un gouvernement de cohabitation de droite mis en place sous la présidence socialiste de François Mitterrand, c'est le Premier ministre, Edouard Balladur, accompagné de son ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé, qui avait accueilli les organisateurs du génocide.
Le 29 novembre 2016, une enquête sur le rôle présumé de la France durant le génocide commis contre les Tutsis au Rwanda en 1994 a été ouverte par Richard Muhumza, le Procureur général rwandais.

En attendant que toute la lumière soit faite sur l'implication de la France, nous pouvons au moins nous réjouir de la promulgation le 27 janvier 2017 de la loi Égalité et Citoyenneté dont un article réprime le négationnisme du génocide des Tutsi.
Encore une fois, les destins arménien et tutsi se sont croisés puisque le texte avait été porté initialement par le gouvernement français pour permettre de poursuivre les sinistres négationnistes du génocide arménien.

Néanmoins, ces faussaires de l'Histoire financés par l’Etat turc pourront continuer à sévir sans vergogne car le Conseil Constitutionnel a invalidé les mentions qui auraient permis de les poursuivre. Nos « Sages », soucieux de ne pas déplaire à Ankara, ont en effet limité le champ d'application de la loi aux génocides jugés par les tribunaux français et internationaux. Ils savaient que ce n'était pas le cas du génocide arménien. Mais ils avaient peut-être oublié que les criminels du génocide des Tutsi avaient, pour leur part, été jugés par le Tribunal pénal international pour le Rwanda. Ainsi, alors que d'anciens ministres français en poste en 1994 se sont murés dans le silence ou ont adopté depuis plus de deux décennies une rhétorique négationniste ou au moins révisionniste, la France s'est dotée, sans l'avoir réellement envisagé, d'un arsenal juridique permettant de condamner ses plus hauts représentants... Cette situation ne manque pas de piquant et permet d'apaiser un peu les douleurs.

Nous sommes réunis ce soir, en ce 7 avril qui marque le début du génocide des Tutsi, en ce mois d'avril qui est le mois du sang depuis bien longtemps.
Les Arméniens du monde entier commémorent chaque 24 avril, l'événement qui symbolise le commencement du génocide perpétré à leur encontre par le gouvernement Jeune-Turc, à savoir la rafle du 24 avril 1915 à Constantinople qui vit l'arrestation de plus de 600 intellectuels, poètes, écrivains, journalistes, notables, ecclésiastiques arméniens, qui furent ensuite déportés et massacrés avec une cruauté inouïe, un sort partagé ensuite par 1.500.000 de leurs compatriotes.

À Paris, c'est par une Veillée des Jeunes que débuteront les commémorations le dimanche 23 avril 2017 dès 17:30 sur la Place du Panthéon.
Elles se poursuivront le lundi 24 avril à 18h par un rassemblement devant la statue de Komitas, mémorial du génocide, Place du Canada sur la Rive droite du Pont des Invalides, d'où partira ensuite une marche pour la justice.

Enfin, cette année, l'émouvante cérémonie de Yom HaShoah se déroulera parallèlement aux commémorations arméniennes, du dimanche 23 avril 2017 à 18h au lundi 24 avril 2017 à 17h30 au Mémorial de la Shoah. Cette journée, initialement conçue pour rendre hommage aux insurgés du ghetto de Varsovie et autres partisans juifs pendant la Seconde Guerre mondiale, s'est étendue à l’ensemble des victimes de la politique nazie d’extermination des Juifs d'Europe et elle est commémorée selon les années entre le début du mois d’avril et celui du mois de mai.

La concordance des dates en cette année 2017, unira dans une même communion Arméniens et Juifs du monde entier.

Tutsi, Juifs, Arméniens, nos destins croisés nous incitent à la solidarité. C'est ce principe que nous défendons au Collectif VAN depuis la création de notre association le 8 mai 2004, jour anniversaire de la victoire sur le Nazisme.

Avec vous, ami(e)s tutsi, nous disons "Ibuka". Nous n'oublions pas. Nous n'oublierons pas.
Je vous remercie de votre attention.



Séta Papazian
Présidente

Collectif VAN
[Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
contact@collectifvan.org - www.collectifvan.org








Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org