Aujourd'hui : Lundi, 22 octobre 2018
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Le Collectif VAN, partenaire du Festival de Douarnenez 2016
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Le Collectif VAN présent à la 24ème commémoration du génocide contre les Tutsi
Publié le : 07-04-2018

Le samedi 7 avril 2018 de 13h45 à 16h, Ibuka France a organisé au Jardin de la Mémoire du Parc de Choisy (Paris XIII), conjointement avec la Mairie de Paris, la première des cérémonies de la journée marquant la 24ème commémoration du génocide perpétré à partir du 7 avril 1994 contre les Tutsi du Rwanda. Cette cérémonie – au cours de laquelle se sont notamment exprimés Marcel Kabanda, président d’Ibuka France, la rescapée tutsi Delphine Umwi Geme Gapundu, et Anne Hidalgo, Maire de Paris - a été suivie d’un dépôt de gerbes à la stèle commémorative au cimetière du Père Lachaise et d’une veillée qui s’est tenue à partir de 20h45 au siège de Médecins du Monde, 62 rue Marcadet, Paris 75018. Le souvenir du regretté Bernard Patureau, porté par son épouse Espérance, Vice-Présidente d’Ibuka France, présidente de la Cellule Ikuka de Châlette-Sur-Loing, a plané sur les nombreux et poignants témoignages de rescapé(es) tutsi. Séta Papazian, présidente du Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme], descendante de rescapés du génocide arménien de 1915, a pris la parole au cours de cette soirée émouvante et a témoigné de sa solidarité avec ses ami(e)s et partenaires tutsi. Samuel Lejoyeux, représentant de l’UEJF, s’est exprimé en lieu et place de Sacha Ghozlan, président de l’UEJF. Enfin, Guillaume Ancel, ancien officier français, auteur de « Rwanda, la fin du silence - Témoignage d'un officier français », paru le 16/03/2018 aux Belles Lettres a adressé un court message à l’assistance. Le Collectif VAN reproduit ici le texte de l’intervention de Séta Papazian.

Légende : Séta Papazian, présidente du Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme] s’exprime à la tribune d’Ibuka France le 7 avril 2018 – Copyright Collectif VAN.


24ème commémoration du génocide perpétré à partir du 7 avril 1994 contre les Tutsi du Rwanda

« I have a dream » : Que la France présente ses excuses pour le génocide des Tutsi


Samedi 7 avril 2018 – Siège de Médecins du Monde Paris 18e

Discours de Séta Papazian, Présidente du Collectif VAN

Comme chaque année, l’association Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme] est à vos côtés pour cette triste commémoration du génocide des Tutsi : en tant que descendants des victimes du génocide arménien de 1915, nous connaissons trop bien le poids que ce souvenir fait peser sur vos épaules, et nous voulons vous exprimer ici toute notre amitié et notre solidarité.

Tout à l’heure, au parc de Choisy, nous avons écouté le terrible témoignage de Delphine Umwi Geme Gapundu, une rescapée tutsi qui, une dizaine de fois, aurait dû périr et, une dizaine de fois, a réussi à échapper à son destin. Pouvons-nous estimer que sa survie est une chance ? Sans doute, au regard de ce que plus d’un million de ses compatriotes tutsi ont subi durant ce génocide, découpés méthodiquement à la machette ou fauchés par balles dans les champs.

Mais est-ce de la chance que de survivre parmi 1 million de morts ? Est-ce de la chance que d’avoir ses nuits hantées par l’absence des gens que l’on aime ? Est-ce de la chance de se dire : pourquoi moi ? Pourquoi ai-je survécu là où tant des miens sont morts ?

Cet après-midi, dans les yeux de cette rescapée, j’ai revu ma grand-mère. Elle avait 13 ans en 1915 lors du génocide perpétré contre les Arméniens de Turquie. Son père était le prêtre arménien de Samsun, à l’époque une jolie petite ville posée au nord de la Turquie, sur les rivages de la Mer Noire.

Je la revois quand je l’interrogeais, enfant : 50 ans étaient passés depuis les massacres, mais dès la première question, elle se balançait doucement de gauche à droite en se frottant ses mains rongées par l’eczéma, ses yeux délavés à force de pleurer. Sans s’en apercevoir, elle émettait de petits sons plaintifs. Et je savais à ce moment-là qu’elle était en train de se dessécher sur les routes de la déportation, qu’elle cherchait sa mère à bout de force portant son dernier-né, qu’elle tentait de protéger ses deux jeunes sœurs livrées comme elle aux gendarmes turcs et aux bandes de criminels, qu’elle revoyait son père décapité sur le seuil de leur maison pour ne pas avoir abjuré sa foi…

Ma grand-mère ne m’a jamais rien raconté de plus. Et pourtant, ou peut-être à cause de son silence, l’enfant que j’étais, et qu’elle a voulu préserver, s’est construite sur un gouffre vertigineux.

Alors, mes chers amis tutsi, même s’il vous en coûte, il vous faut témoigner, témoigner de l’irréparable en mémoire des vôtres mais aussi pour les générations futures. Témoigner pour dire ce que fut cette haine rance qui fit de tous les Tutsi des cafards à éliminer. Il vous faut témoigner de ce racisme prôné par le Hutu Power, raconter ce que furent ses milices, armées jusqu’aux dents par la France, qui déversèrent des flots de sang sur le sol du Rwanda.

Témoigner pour que tous les coupables, et spécifiquement ceux qui ont bénéficié de complicités sur le territoire français, soient jugés pour leurs crimes.

Témoigner pour faire reculer les négationnistes qui continuent de sévir, quelques fois sous le masque de la recherche historique.

L’an prochain, nous serons réunis pour les 25 ans du génocide des Tutsi.

Permettez-moi, à l’instar de Martin Luther King, de proclamer ici « I have a dream » :

En tant que citoyenne française, en tant que présidente d’une association de lutte contre le négationnisme, je rêve que la France présente officiellement ses excuses pour son rôle aux côtés des génocidaires hutu.

Nous n’oublions pas. Nous n’oublions rien.

Je vous remercie.

Séta Papazian
Présidente
Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]

BP 20083 - 92133 Issy-les-Moulineaux - France
contact@collectifvan.org - http://www.collectifvan.org



Voir aussi :

Photothèque : Paris - 24ème commémoration du génocide des Tutsi (I)

Photothèque : Paris - 24ème commémoration du génocide des Tutsi (II)

Lire aussi :

Agenda - Parution : Rwanda, la fin du silence de Guillaume Ancel





Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org