Aujourd'hui : Mardi, 26 septembre 2017
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Site officiel du Centenaire du génocide arménien de 1915
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Le Collectif VAN, partenaire du Festival de Douarnenez 2016
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Parfum de guerre entre le PKK et l'armée turque
Publié le : 09-09-2015

Par RFI

Publié le 08-09-2015 Modifié le 08-09-2015 à 14:51

Avec notre correspondant à Istanbul, Jérôme Bastion

Des tirs attribués aux séparatistes kurdes du PKK ont eu lieu ce mardi matin, dans l'est de la Turquie où 14 policiers ont été tués. Cette nouvelle attaque intervient alors que l'aviation turque était déjà engagée dans des frappes, après les violences de ces derniers jours. De son côté, la Turquie a confirmé une opération « de courte durée » sur le sol irakien, dans le nord du pays, pour pourchasser des rebelles kurdes.

C’est une escalade vertigineuse de la violence à laquelle on assiste désormais. Il ne s’agit plus d’actes isolés d’intimidation ou de représailles de la part de la rébellion, mais bien d’une déclaration de guerre totale.

Alors que les victimes de l’attaque de dimanche n’étaient pas encore enterrées (16 soldats), la rébellion frappait à nouveau ce mardi matin avec le même mode opératoire et pour un bilan comparable : soit un total de 30 morts en 36 heures, un niveau de violence rarement vu depuis fort longtemps.

Quel est ce mode opératoire quasi imparable ? Des bombes avaient été placées à des endroits stratégiques - sous la route - depuis fort longtemps parce que la rébellion du PKK ne croyait pas à la réussite des négociations de paix et donc se préparait à la reprise des hostilités.

Oppression et répression sans précédent

Aujourd’hui que ce dispositif est en place, il suffit de deux hommes et d’une pile électrique au bout de plusieurs centaines de mètres de câbles électriques, dissimulés sous terre, pour faire exploser les véhicules transportant soit des policiers, soit des militaires.

Jusqu’à présent, depuis le début, il y a un mois et demi, « des opérations de nettoyage anti-terroriste », comme les appelle Recep Tayyip Erdogan, la rébellion n’avait pas recouru à ce procédé hautement meurtrier. Mais jusqu’à aujourd’hui, alors que tout le sud-est du pays est sous une oppression et une répression sans précédent, c’est la guerre qui a redémarré.




Retour à la rubrique


Source/Lien : RFI



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org