Aujourd'hui : Vendredi, 25 mai 2018
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Le Collectif VAN, partenaire du Festival de Douarnenez 2016
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
A la Une - Collectif VAN : l'éphéméride du 15 mai
Publié le : 15-05-2018

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - La rubrique Ephéméride est à retrouver quotidiennement sur le site du Collectif VAN. Elle recense la liste d’événements survenus à une date donnée, à différentes époques de l’Histoire, sur les thématiques que l’association suit au quotidien. L’éphéméride du Collectif VAN repose sur des informations en ligne sur de nombreux sites (les sources sont spécifiées sous chaque entrée). Vous pouvez retrouver tous les éphémérides du Collectif VAN dans la Rubrique Actions VAN, en cliquant sur ces liens:



Les éphémérides du Collectif VAN (1ère partie)

Les éphémérides du Collectif VAN (2ème partie)



Légende photo : Les juifs de Hongrie sont déportés. Malgré leurs revers militaires, les nazis continuent, jusqu'au bout, d'acheminer les trains vers les camps. Sur ces 435 000 Juifs provinciaux rapidement déportés du 15 mai au 8 juillet 1944, avec l'aide des forces de l'ordre hongroises, seuls 10 % ont été mis au travail forcé, les autres étant exterminés à l'arrivée à Birkenau.


Ça s’est passé un 15 mai (les événements sont classés du plus ancien au plus récent) :

15 mai 1915 -- Empire ottoman /Mardin : les arrestations commencent le 15 mai. Memdouh occupe la maison de la famille Younan et y installe le poste de commandement de la milice Al Khamsine. 17 Arméniens sont arrêtés ce jour-là et emprisonnés dans l’église des capucins. Les notables arméniens – en particulier les Djinandji, les Kandir –, demandent à leurs amis musulmans d’intervenir pour faire libérer les prisonniers. Ils leur rappellent la solidarité des habitants de Mardin en 1895. Les notables musulmans continuent de les rassurer et renouvellent l’engagement qu’ils ont pris de les protéger. Finalement, les Arméniens remettent à Memdouh cinq cents livres or pour faire libérer les prisonniers, mais le policier ne tient pas sa promesse. Le 25 mai, Giriés, fils du marchand arménien Hanna Adam, est arrêté.
© Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |
© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915

Imprescriptible : Mardin dans la guerre mondiale

15 mai 1915 -- Empire ottoman : Devant la Cour martiale, le 14 mai 1919, fut présenté un document rédigé le 15 septembre 1914 par le responsable du Comité central de l'Ittihad de Brousse, Ibrahim. Ce document était adressé au Comité central de Constantinople: il concernait les problèmes de recrutement de troupes irrégulières à envoyer sur les frontières. La Cour démontra que ces criminels avaient été utilisés pour détruire les convois d'Arméniens16. Les dépositions du directeur de la prison de Yozgad, Ali bey, et de l'ancien juge de cette ville, Mustafa Remzi bey, expliquent le processus de libération des criminels et de transfert dans des centres d'entraînement.
Dans son rapport, Ali bey employa pour désigner le Techkilat-i Mahsoussé l'expression de Techkilat Djedida, afin de dissocier celui-ci du Techkilat-i Mahsoussé existant déjà. Djedida est un mot arabe qui signifie « être restauré » ou « avoir une nouvelle existence », ce qui définit au mieux la fonction très spéciale de cette organisation qui de subversive renaissait en criminelle. Ces détenus furent libérés sur ordre du ministère de l'Intérieur, un ordre rédigé le 15 mai 1915 et transmis au mutessarif de Yozgad, Djemal bey, qui forma, à la demande du ministère de la Justice, un comité de trois membres chargé de libérer ces détenus et constitué du procureur général en fonction à Yozgad, Tewfik bey, du commandant Selim bey, président du bureau de recrutement et dujuge Mustafa Remzi bey, précédemment nommé. Ce dernier confirma dans sa déposition de février 1919 que le ministère de la Justice avait donné l'ordre de libérer les prisonniers et qu'après un examen médical ceux-ci furent enrôlés et envoyés au centre d'entraînement de Tchoroum.
Ternon, Yves. Enquête sur la négation d'un génocide, Marseille, Parenthèses, 1989
Imprescriptible : L'Organisation Spéciale

Lire la suite dans les Infos Collectif VAN en page d'accueil en cliquant sur le lien ci-dessous:

Collectif VAN : l'éphéméride du 15 mai




Retour à la rubrique


Source/Lien : Infos Collectif VAN



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org