Aujourd'hui : Jeudi, 29 juin 2017
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Site officiel du Centenaire du génocide arménien de 1915
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Le Collectif VAN, partenaire du Festival de Douarnenez 2016
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Les événements de Khojaly : Communiqué de presse du Collectif VAN
Publié le : 22-02-2013

Issy-les-Moulineaux, le 22 février 2013

Communiqué de presse - Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme] – 19:15

De multiples événements se déroulent cette semaine à Paris et dans le monde, pour commémorer les événements de Khojaly, qui ont eu lieu en février 1992 en Azerbaïdjan.

Les informations sont surtout relayées par le site négationniste Turquie News [1] qui ne manque pas une occasion de désigner les Arméniens à la vindicte publique. Mais une pleine page de publicité [2] a également été insérée dans le numéro du 18 février 2013 de « A Nous Paris » (magazine gratuit parisien), pour promouvoir le « Concert pour Khojaly » organisé en l’Eglise Saint Roch jeudi 21 février, avec des musiciens de renom, à l’initiative du Cercle Européen d’Azerbaïdjan (TEAS).

Il faut retourner deux décennies en arrière pour comprendre l’origine du mythe de Khojaly. En février 1992 - durant le conflit qui opposait l’Azerbaïdjan à la République arménienne du Haut-Karabagh – Stepanakert, capitale de la RHK, était nuit et jour sous le feu azéri. Sa population étant condamnée à la famine et à la mort, il était vital pour les forces de libération arméniennes de prendre la localité de Khojaly d’où partaient les bombardements. Bien avant l’assaut, les autorités arméniennes ont prévenu qu’elles ménageraient un corridor humanitaire afin que la population civile de Khojaly puisse être évacuée vers l’Azerbaïdjan. Mais c’était sans compter sur la politique intérieure de l’Azerbaïdjan. Le 26 février 1992, les civils azéris sont devenus les victimes d’un jeu machiavélique entre les forces nationalistes du Front Populaire Azerbaïdjanais désireuses de provoquer la démission du Président azerbaïdjanais Ayaz Mutalibov, et leurs adversaires.

Tous les témoignages [3] – y compris celui du Président Mutalibov ! – concordent pour dire que les habitants azéris de Khojaly ont été fauchés par les soldats (réguliers ou non) de leur propre Etat. Leurs cadavres ont d’ailleurs été trouvés à plusieurs kilomètres de Khojaly dans un territoire sous contrôle des troupes azerbaïdjanaises. Ils ont donc bien utilisé le corridor humanitaire et ont atteint Aghdam, avant de se replier légèrement et de tomber sous les balles de leur propre camp. Comme en 1915, l’idée était en fait de faire porter aux Arméniens la responsabilité de cette tuerie: pour cela, les miliciens azéris n’ont pas hésité, deux jours après les faits, à revenir travestir la scène du crime, à scalper et profaner leurs propres victimes dont le nombre a constamment évolué à la hausse.

Depuis 1992, l’Azerbaïdjan, allié de l’Etat négationniste turc, tente de faire passer les Arméniens pour les auteurs de crimes de masse, afin de susciter la haine non seulement au sein de son propre peuple, mais aussi parmi les Turcs et les musulmans en général. Le but a été atteint: des appels au meurtre d’Arméniens sont régulièrement lancés, y compris en France par de jeunes issus de l’immigration turco-azérie. Et comment ignorer la situation des chrétiens d'Orient, souvent persécutés, en proie à tous les dangers, et désignés comme coupables de génocides imaginaires à l’encontre de musulmans ?

Les autorités azerbaïdjanaises ont transformé la tragédie de Khojaly en fonds de commerce visant à faire sombrer dans l’oubli les pogroms anti-arméniens de Soumgaït (1988), Bakou et Kirovabad (1990) et de Maragha, village du Haut-Karabagh où, le 10 avril 1992, leurs militaires ont sauvagement tué 100 civils arméniens. Bakou est épaulé dans son entreprise de mystification par Ankara qui voit dans le pseudo « génocide de Khojaly », le prétexte idéal pour enterrer, aux niveaux politique et historique, le génocide des Arméniens de l’Empire ottoman, et la spoliation de ces derniers.

Selon une dépêche de l’Agence de Presse officielle azérie, la Commission des Affaires étrangères de la Chambre des députés du Parlement tchèque, aurait adopté à l'unanimité le 7 février 2013 une résolution condamnant l'Arménie pour crime contre l’humanité à Khojaly. Si l'information était avérée, elle serait un exemple terrifiant du pouvoir de propagande (et de persuasion "sonnante et trébuchante") de la dictature azerbaïdjanaise auprès des instances internationales.

En tant qu’association de lutte contre le négationnisme, nous ne pouvons rester indifférents aux événements organisés en France qui promeuvent un mensonge d’Etat, au mépris de la mémoire des innocentes victimes de Khojaly, tombées pour satisfaire les desseins de leurs politiciens.

Séta Papazian
Présidente
Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]

BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
www.collectifvan.org


[1] http://www.turquie-news.com/rubriques/france/11166-paris-concert-de-commemoration-en.html
[2] http://www.collectifvan.org/pdf/11-44-21-20-02-13.pdf
[3] http://www.collectifvan.org/article.php?r=0&id=71507 Voir la vidéo (sous-titre en anglais)
Traduction de certains extraits sur : http://www.collectifvan.org/article.php?r=4&id=61669





Retour à la rubrique



TÉLÉCHARGER :
 Communiqué de presse du Collectif VAN



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org