Aujourd'hui : Jeudi, 24 août 2017
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Site officiel du Centenaire du génocide arménien de 1915
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Le Collectif VAN, partenaire du Festival de Douarnenez 2016
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Reconnaissance du génocide arménien : quand la Turquie s’éveillera
Publié le : 26-04-2013

Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme] - Communiqué de Presse – 26 avril 2013 – 19:15

Pour la première fois depuis le génocide de 1915 qui a conduit à l’extermination de 1 500 000 Arméniens de l’Empire ottoman, une délégation officielle composée de membres de la société civile de la diaspora arménienne d’Europe et d’associations antiracistes européennes, s’est rendue en Turquie pour commémorer le génocide arménien, à l’appel de deux ONG turques, l’IHD (İnsan Hakları Derneği - Human Rights Association) et DürDe ! (Say Stop to Racism and Nationalism), ainsi que de l’UGAB (Union Générale Arménienne de Bienfaisance) - représentée par Nicolas Tavitian - et de l’EGAM (European Grassroots Antiracist Movement) mené par Benjamin Abtan, ancien Président de l’UEJF.

Ce sont au total 23 responsables de divers mouvements citoyens (dont, pour la France, Hadrien Lenoir et Aline Le Bail-Kremer, représentants de SOS Racisme, Elie Petit, Vice-Président de l'UEJF (Union des Etudiants Juifs de France) ainsi que de l'European Union of Jewish Students, et Séta Papazian, Présidente du Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]) qui ont participé à Istanbul du 21 au 24 avril 2013 à des rencontres avec des étudiants et des intellectuels turcs, kurdes et arméniens.

La délégation a assisté à l’ensemble des cérémonies organisées le 24 avril, date qui symbolise le déclenchement du génocide arménien. Chaque année, en Turquie, le nombre de participants (à 90% des non-Arméniens) de la commémoration du 24 avril évolue à la hausse : cette année, 2500 à 3000 citoyens ont, selon la police, répondu à l’appel de DürDe sur la place Taksim à Istanbul. Auparavant, la manifestation de l'IHD à Sultanahmet avait, quant à elle, réuni 200 personnes contre une poignée de téméraires seulement l’année dernière. Les deux rassemblements ont bénéficié de la protection des forces de police (en civil à Sultanahmet, et de type « anti-émeutes » à Taksim) qui ont dégagé ou tenu à distance les rares mais virulents contre-manifestants négationnistes.

De toutes parts, les prises de position deviennent plus claires et s’alignent sur celles de l’IHD et de personnalités de la trempe de Ragip Zarakolu : grâce à ces précurseurs qui ont tracé le sillon et n’ont pas accepté de compromissions, les démocrates turcs qui continuent à utiliser la terminologie « sentimentale » de "Grande Catastrophe", sont de plus en plus isolés. L’heure n’est plus – du moins dans les mots choisis - à la « peine » et à la « souffrance » mais à des discours sans ambiguïté : le thème des spoliations a même été maintes fois abordé par les intellectuels turcs au cours de notre séjour.
Lors de chaque conférence, de chaque rencontre avec des associations et des étudiants turcs, kurdes et arméniens, ainsi que durant ses multiples déclarations à la presse, Benjamin Abtan, Président de l’EGAM, a porté un message fort contre le racisme, les crimes de haine et la perpétuation du génocide arménien par le négationnisme.

Accompagné de Séta Papazian, Présidente du Collectif VAN, il s’est rendu le 24 avril à 14h au Cimetière arménien de Sisli où est enterré Sevag Balikçi. Le Président de l’EGAM a exprimé le soutien de la délégation civile européenne aux parents du jeune homme assassiné le 24 avril 2011 dans la caserne de Batman où il effectuait son service militaire.

98 ans après le génocide de 1915, les Arméniens de Turquie, en proie aux discriminations, intimidations, menaces et meurtres, vivent toujours dans la peur. Il n’est d’ailleurs pas anodin de noter que des mots d’ordre auraient circulé dans la communauté stambouliote pour dissuader ses membres de prendre part aux commémorations du 24 avril. Toute la violence exercée par l’Etat profond turc à travers ses réseaux extrémistes est illustrée dans cette autocensure que s’appliquent les minorités chrétiennes de Turquie.

Le mouvement solidaire auquel le Collectif VAN a participé ce 24 avril en Turquie, pour historique qu’il soit, est encore malheureusement très minoritaire. Néanmoins, en Turquie, tout devient possible. L’Histoire nous a habitués au pire. Se pourrait-il que le processus positif enclenché depuis ces dernières années se développe de façon plus rapide et plus massive que prévu ?

Plutôt que de faire siens les messages de haine de Talaat Pacha, le « Hitler » turc, souhaitons que la jeunesse de Turquie et de diaspora soit de plus en plus nombreuse à s’identifier au Juste turc Faik Ali Bey : ce dernier, gouverneur de Kütahya, avait refusé en 1915 d’obéir aux ordres de déportation de la population arménienne. Un hommage lui a été rendu le 24 avril en fin de matinée dans le cimetière de Zincirlikuyu, à l’initiative de l’IHD et de l’historien londonien Ara Sarafian.

Restons vigilants. Une chose est certaine : il nous appartient d’accompagner ce travail que des Turcs mènent avec courage pour l’acceptation de leur passé.


Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
www.collectifvan.org




Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org