Aujourd'hui : Jeudi, 24 août 2017
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Site officiel du Centenaire du génocide arménien de 1915
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Le Collectif VAN, partenaire du Festival de Douarnenez 2016
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Belgique : Le journaliste franco-kurde, Maxime Azadi, enfin libre !
Publié le : 29-12-2016

Arbitrairement arrêté en Belgique le jeudi 15 décembre 2016 suite à un mandat Interpol lancé par la Turquie, le journaliste franco-kurde Maxime Azadi a obtenu une libération sous caution le 23 décembre. Pourtant, ce n'est que ce mercredi 28 décembre qu'il a été effectivement remis en liberté. Le Collectif VAN relaye ici le message posté par Maxime Azadi sur sa page Facebook, suivi de notre communiqué.




"Après mon arrestation en Belgique à la demande du pouvoir turc, je suis libéré ce mercredi 28 décembre. J’ai passé 14 jours dans une cellule sans aucun contact avec le monde extérieur, pas de visites, pas d’appels, pas de sortie à la cour de promenade dans la prison, même pas un livre, sauf quelques rencontres avec mon avocat. Tous mes droits ont été bafoués. La décision de ma libération a été prise le 23 décembre par un tribunal de Turnhout, mais l’Office des étrangers a décidé de me maintenir dans la prison jusqu’à mon extradition vers un autre pays, alors que je suis un citoyen européen. C’est l’histoire d’une série d’injustices et d’absurdités. Je vais en dire plus après…

Je remercie tous ceux qui m’ont soutenu, tous ceux qui ont dénoncé cette injustice et la complicité des autorités européennes avec un despote, ainsi que tous ceux qui ont défendu la liberté de l’expression et de la presse. La résistance est belle…"


Maxime Azadi

///



Communiqué du Collectif VAN - Issy-les-Moulineaux (France) - 28/12/2016

Le Collectif VAN se réjouit de la libération du journaliste Maxime Azadi

Le Collectif VAN se réjouit de la libération du journaliste Maxime Azadi. Mais ses deux semaines d'incarcération dans une prison belge - qui plus est dans les conditions qu'il décrit - nous font honte, en tant qu'Européens.

Aurait-on imaginé la Belgique envisager l'extradition d'un journaliste tchétchène pendant la guerre de Tchétchénie pour le livrer à Poutine ? Libéré sous caution, le journaliste kurde est toujours sous la menace d'une extradition vers la Turquie.

La danse du ventre exécutée devant Erdogan par l'État belge (mais aussi par la France dans l'affaire de l'assassinat des trois militantes kurdes, Sakine Cansiz, Fidan Dogan, et Leyla Saylemez, le 9 janvier 2013 à Paris) contribue chaque jour un peu plus à enterrer les valeurs que prétend défendre l'Europe et à faire le lit du populisme d'extrême-droite...

Le 10 janvier 2015, Erdogan avait envoyé son Premier ministre faire son "Charlie" et verser des larmes de crocodile sur le bitume parisien, pour pleurer les journalistes et caricaturistes français tombés sous le feu du terrorisme islamiste. Depuis, il a révélé son vrai visage à tous ceux qui préféraient jusqu'alors se voiler la face : le président turc emprisonne à tour de bras ses opposants et ses journalistes, dont ceux qui ont rendu public son double-jeu au côté de Daech. Ne fait-il pas aussi pilonner allègrement les forces kurdes qui, en Syrie ou en Irak, sont les seules forces terrestres à combattre l'organisation de l'État islamique?

Erdogan ne s'en cache pas. Pour lui, « la démocratie est comme un train. Une fois arrivés à destination, vous pouvez en descendre ». Nos dirigeants ne seraient-ils que des "charlots" sans envergure ni courage face au terrorisme d'État d'une Turquie qui a pour ambition d'exporter ses contre-valeurs en Europe ?

Alors que se tient à Istanbul le procès de la romancière turque Asli Erdogan (sans lien de famille avec son sinistre homonyme), injustement accusée de terrorisme comme tous les opposants de Turquie, l'affaire Maxime Azadi (Demiralp) est symptomatique des pressions qu'exerce la "démocrature" turque sur les dirigeants européens.

En défendant les démocrates de Turquie, nous défendons aussi nos démocraties.

Collectif VAN

[Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083 - 92133 Issy-les-Moulineaux - France
contact@collectifvan.org - www.collectifvan.org




Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org